2013 - Split Valuatir - Indigenous Clans

by Corubo and Valuatir (FRA)

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
2.
3.
4.
5.
04:14
6.
7.
8.
9.

credits

released January 1, 2013

tags

license

all rights reserved

about

Corubo Minas De Corrales, Uruguay

contact / help

Contact Corubo

Streaming and
Download help

Track Name: Ñembyahýi ára
Ndaikatúi ndepu'aka mboka ñe'ëre,
eñorairõ!
Eñembosako'i mboka reheve, ñorairõ jey rekávo, ñemano rekávo!
Eraha nde rayhu'ÿ, ambue opa peve,
emopë kurusu, ehapy tetãygua pokatu, emokõ umi virúre oikóva.
Track Name: Árvores Mortas
As folhas caem das árvores que parecem chorar,
assim como muitos parecem também terem perdido algo,
de insubstituível em suas existências.

A lua toca as árvores mais jamais consegue iluminar
o que há por trás de suas folhas;
Pessoas nunca conseguem ver em profundidade
o que há em suas sombras.

O gelo e o frio sugam a energia vital das árvores, de suas folhas,
como o vulgar, o falso e o incompleto afogam meu coração;
que um dia sorriu com toda a inocência, da pureza e, que, agora
só pode florescer em estações de ódio e tristeza.

Muitas árvores continuam em pé, mesmo secas;
sem energia, sem folhas, sem luz e sem sombra;
mortas, existindo assim como muitas pessoas que ainda vagam,
sem ter motivos para viver e sem forças para cair.
Track Name: Finishing the so Perfect Specie
Since the first necessity to win, this word kill all shameful evolution;
Of the first ideologies to the ideological apex; of the firsts fights to the monopoly of the last war.

No hope remained, materialize yearnings;
Prophecies swore the chaos and they had confirmed this present;
The nanotechnology assumes all form of organic and mechanics lifes; The most concrete version of the total destruction arrives at end.

The reluctance of men to fight to reverse that is already stated;
The last look disclose a horizon unrecognizable and disturbing;
The last day falls as well as all a spice, before invincible;
Crying the reality, the last agony, finishing the so perfect specie.
Track Name: Jahe'Opapá
Hé aturú; (24x)
Pytu ramo jaxy omoê xakã, ko'eju ramo oo para rovai. (2x)
Tupã retã re ova'ê ramo oporandu:
-Angé, mba'e pa yvy reoexa anetepa?
-Nei, añeipa, añáretã; Nei, añeipa, na ja a; (2x)
Na ja a.
Track Name: La Voix du Tertre
Les premiers rayons illuminent les pierres
De ma couche glacée par tant d'Hivers
J'observe les figures dessinées
Par mon souffle nouveau

Poussière des offrandes d'antan
Combien d'années se sont écoulées?
Depuis que le tertre fut scellé
Depuis la dernière initiation...

Se confondant dans les images
Des bonheurs d'autrefois
J'hume les parfums de ruche
Qui émanent du chaudron d'airain

Je sais que le chant de vie
Ne sortira plus jamais de ma bouche
Cousue par tant d'années de silence
Je n'ai que la voix des étoiles

Dehors les vallées se pâment
Noyées sous la puanteur des charniers
Les roues du char sont brisées
Le feu du tonnerre les consume

"Témoin d'un temps que tu n'as pas connu, seras-tu prêt à retirer la première pierre?
Que vois tu dans ces ténèbres, une réponse, un savoir?
Accepte ce que je te donne, sors de ta torpeur
Apprends ce que j'ai été, comprends ce que tu es
Et complète le cercle…"

Là où nos pères ont délaissé leurs araires
Pour dresser des montagnes au firmament
Je contemple les siècles d'oubli
D'un œil serein et résigné

De nous il ne reste que des pierres
Et quelques morceaux de métal abîmés
Qui pourra dire, qui pourra entendre
Le chant de nos joies passées?
Track Name: Ceux d'En Haut
Le ciel se trouble de nuages humides
Les blés noircissent dans les plaines
Tel est la punition des enfants ayant délaissé leur mère

De nouveaux seigneurs détrônent les anciens
Et seul le chêne connaît l'histoire
Lui qui a vu ceux du temps des secrets de la pierre
A celui des maîtres du feu

Nos ventres pourris par les années mauvaises
Ici les vieillards meurent avec leur savoir
L'on dit que les cités d'antan sont dévorées par la famine
Et que les vivants envahissent la vieille nécropole

"Va mon fils, quérir ceux d'en haut
Il faut nous hâter, aller déposer offrande
Boisseaux et rameaux sont nos présents
Bien pauvres nous sommes
Et modestes sont nos souhaits

Va au-delà de l'enclos,
La Cité des Ormeaux n'est pas loin
Que Ceux d'En Haut sachent
Comment périssent leurs nourriciers

L'homme du crucifié est encore venu
Jeter son mépris sur notre mémoire
Encore un empereur invisible qu'il faut honorer

Il dit que son idole est meilleure
Que c'est un arbre de vie
Il parle bien la langue des puissants
Celle que comprennent les serpents

La méfiance… la méfiance
Ils ne peuvent gouverner la famine

Le temps d'aujourd'hui est néfaste
Les cités en sont pourries
Les herbes repoussent dans le grand théâtre

Leurs habitants se cachent
Derrière des murailles de vide
L'empire du monde échappe aux césaréens !"

"Cela ne servirait à rien, père
Pour eux l'eau qui coule n'est plus la même
Dans la civitas j'ai vu l'arbre du Sud
Le nôtre n'est pas assez doré
Et le malheur restera notre lot

Jusqu'à ce que tout brûle"
Track Name: Mille Années
Les années filent
Comme grandit la bruyère
Au fond de mes orbites creuse.
Tous, vous m'avez oublié
Empêtrés dans vos méandres
De peur et de mépris

Les années filent
Rapide comme le vol de l'aigle
J'ai été oiseau
Et je dors avec les pierres
Je vous ai vu défiler
Dans vos habits de fer
Mais c'est la rouille
Qui vous a figé

Loin est le temps
Où je fus des vôtre
Mais je vous entends
J'ai appris dans mon attente infinie :
La voix change mais le chant reste le même
Alors que l'entaille reste et saigne

Oh... Le vent hurle les âges longs
L'histoire se grave dans les cernes du chêne
Souviens toi de ce qui t'effraie désormais
…Le reflet de ce qui t'a construit

Mille années encore
Avant que les vers vous rongent
Mille années
Avant les prochaines glaces

Mille années
Et le soleil disparaîtra
Mille années
Pour oublier la vengeance

La bruyère comme sépulture
Mon âme est restée prisonnière
Je n'ai jamais connu les rivages
De Bélésbat l'Immortelle
J'ai souvent pleuré devant ses portes closes
Oh... Grande ville des légendes !

Piégé par un oubli sans fin
Où rage et haine ne sont que poussières
J'aurai aimé que la givre se fige
Que le printemps ne revienne jamais

Écoutez, hommes sans passé
La longue plainte de celui qui n'a point de sépulture
Si la tête du brenn m'est apportée
Alors, je pourrais changer de monde à nouveau